Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/httpd/vhosts/vividkultur.ch/httpdocs/wp/wp-includes/cache.php on line 99

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/httpd/vhosts/vividkultur.ch/httpdocs/wp/wp-includes/query.php on line 21

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/httpd/vhosts/vividkultur.ch/httpdocs/wp/wp-includes/theme.php on line 576
vividkultur » opinion

Archive pour la catégorie ‘opinion’

Cuisine, nourriture d’amour.

Dimanche 26 février 2012

Je suis nostalgique d’une époque où je n’étais pas née… une époque où j’aurais bien aimé faire à manger de cette façon.
Faire à manger en noir et blanc mais toujours avec amour…

Quand j’étais petite, j’aimais beaucoup certains plats que ma mère préparait pour la famille. Je me souviens parfaitement du goût (surtout des sauces!), mais aussi de l’odeur dans la cuisine, j’aimais y aller voir ma maman pendant qu’elle cuisinait, c’est ainsi que j’ai acquis mes premiers repères en cuisine: de façon subliminale.

Ma mère a commencé à m’apprendre à cuisiner formellement quand j’étais adolescente, et j’avoue que je n’aimais pas le faire. La cuisine me faisait peur à ‘âge de quinze ans! Malgré cela, et avec un peu de pression de sa part, j’ai réussi à préparer quelques plats plus ou moins simples, jusqu’à ce que j’ai appris à aimer cuisiner.

En apprenant les recettes de ma mère, j’ai appris sa façon à elle de faire la cuisine, et aujourd’hui, je continue à faire ces mêmes recettes à ma façon, mais basées sur ce que j’ai appris d’elle. Je vois ma façon de cuisiner comme un héritage approprié; un produit de l’amour de ma mère.

J’avais juste envie de partager ces sentiments et ces pensées…

Voici une expérience artistique et multi sensorielle en relation avec la nourriture et à l’amour que je trouve intéressante et touchante: des femmes gitanes de Hongrie préparent et donnent à manger à des gens inconnus placés dans des cabines derrière un rideau, ils mangent et ne voient que les mains des femmes gitanes préparer la nourriture ainsi que des photos et des objets appartenant aux histoires que les femmes gitanes racontent.
J’ai été très émue en regardant la vidéo:

Un projet de l’artiste holandaise Marije Vogelzang, Eat, Love, Budapest.

Facebook Places: Moi, toi, eux, et tous les lieux

Lundi 6 septembre 2010

Regardez cette vidéo sur Facebook Places destinée à lui faire une publicité qui a le mérite d’avoir réussi son intention d’être sympa, humaine, cool et d’adresser sa proposition à tout le public Facebooksien.

Facebook, avec sa stratégie de domination du monde à travers la connectivité de l’information sur le web, a bien des raisons de nous conveincre de l’intérêt social de cette application…

Dans le monde idéal de Facebook, on dirait que l’amitié, le temps libre et le bonheur rayonnent dans tout les coins de la planète, vous trouvez pas?

En tout cas, on l’a bien compris, on veut nous persuader à utiliser cette nouvelle application, et donc, à passer encore plus du temps sur Facebook - voir de ne pas pouvoir s’en passer.
Facebook Places est un service de géolocalisation de vos status, photos et vidéos taggés. Elle renseigne d’avantage sur vous et vos amis. Bien sûr, on peut la désactiver ou la réactiver à sa guise si l’on est concerné par la privacité.

Moi je trouve intéressante cette vidéo car elle vous montre à quel point nos vies sont aujourd’hui -et progressivement depuis quelques années- animées par cet esprit ego-communautaire (oui, c’est paradoxal) du partage du moi. Ce n’est pas une critique, hein? pas du tout! C’est juste un fait, et il faut l’assumer.
Personnellement, l’application Facebook Places, selon comme ils la présentent dans la vidéo, je la trouve inutile et je ne vois pas le vrai intérêt pour l’instant…si ce n’est que de generer plus de données individuelles pour les stratégies marketing. Hmmm… il faudra que j’explore quelques idées encore.

En avez vous?

A lire également un intéressant article sur ce blog.

Shopping vous dites ?

Mardi 30 mars 2010

Cette fois je vais vous parler un peu de cette merveille made in USA appelée ETSY.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, je vends mes créations de bijoux artisanales en ligne sous mon propre label, L’Indécise Bijoux Uniques, et c’est sur Etsy que cela se passe!

Quoi, quand, comment?
Fondé en 2005, Etsy est devenu rapidement une révolution de créativité à l’échelle mondiale, je n’exagère pas. Si vous êtes familier avec Ebay, alors vous allez rapidement comprendre Etsy : on met en ligne ce que l’on veut vendre et Etsy touche un petit pourcentage pour chaque annonce et chaque transaction conclue. Mais attendez un peu : Etsy est TRES différent de Ebay.
Tout d’abord, il n’y a pas d’enchère sur Etsy, car les prix et les conditions de vente sont définis par le vendeur. Deuxièmement, Etsy est un site pour les créateurs, Etsy est une vitrine mondiale des objets *faits main* par des créateurs indépendants qui veulent vendre leurs objets. Contrairement à Ebay, Etsy s’est donné la tâche de « chasser » tous les producteurs d’objet en masse !
C’est une réinvention du marketing : c’est du micromarketing et qui fonctionne sur la base d’une communauté virtuelle où la relation entre vendeur et acheteur se réinvente complètement.

Le contexte socio-économique.
Sociologiquement parlant, la tendance du « handmade » s’est renforcée avec la crise économique mondiale, où plusieurs personnes se sont trouvées du jour au lendemain sans emploi, plusieurs d’entre eux se sont quelque part rappelé de leur créativité et ils se sont mis à créer de choses avec sa seule et unique force de production : leur mains !
Les temps de crise sont favorables à la créativité, nous dit l’histoire, je le pense aussi…
Cela dit, la crise n’est pas la seule raison de l’explosion du handmade sur internet, mais on ne peut nier que le bouleversement économique a certes généré des changements dans les mentalités chez les gens.
Le mouvement handmade, -souvent accompagnée d’un souci également écologique- est en partie dû au fait que les gens ressentent de plus en plus le besoin d’acquérir des objets exclusifs, des objets faits pour eux, des objets qui ont une histoire et don’t on peut tracer l’origine, et qui en plus, sont souvent moins chers que dans les commerces de masse.

“Travaillez le double ? Oui, mais pour soi”, dit-elle.
Un autre aspect du mouvement handmade est la forte proportion de femmes créatrices. On pensera au premier à toutes ces femmes au foyer qui ont trouvé leur mine d’or et de satisfaction personnelle tout en faisant ce qu’elles aiment tout en élevant leurs enfants, ce genre d’histoire est typique dans Etsy. D’autres se contentent d’avoir une petite activité sympa d’appoint.
Mais il y en a aussi celles qui ont une carrière professionnelle, dans Etsy Success Quit your Day Job Stories on en voit certaines qui se sont dites :
J’en ai marre de mon boulot de secrétaire administrative, je vaux plus que ça ! alors un jour j’ai quitté mon travail à plein temps pour me consacrer à 100% à mon propre business online, je travaille de 6 heures du matin jusqu’à minuit sept jours sur sept, mais j’ai jamais été aussi heureuse parce que je fais ce que j’aime ! » On en trouve qui sont devenues indépendantes, mais pas à n’importe quel prix car maintenir un shop Etsy qui marche, c’est dur boulot.

Communauté.
Et puisque on est entre femmes, certaines théories sociologiques et évolutionnistes disent que les femmes fonctionnent en communauté, la communauté, serait le terrain par excellence des femmes. Mais dans un environnement global concurrent, même en communauté, c’est très difficile de rester visible.
On l’a compris, la concurrence existe bel et bien sur Etsy, et elle est très rude. C’est pour cela que les vendeurs fonctionnent mieux en tant que communauté que comme des individus. Les vendeurs sont à la fois des acheteurs.
Et les acheteurs sont parfois des vendeurs. Que l’on soit l’un ou l’autre ou les deux, Etsy semble même rendre accro, et c’est probablement pour cette raison que cela marche aussi bien.

Le succès de Etsy repose énormément sur le fait que les membres sont continuellement incités à participer aux différentes possibilités qui dynamisent la communauté : thèmes, sujets actuels, saisons, couleurs, pays, fêtes, vacances, la possibilité de devenir curateurs, et j’en passe. Sans compter qu’il regroupe un trésor en créateurs talentueux autour du monde entier. A ceci s’ajoutent bien évidemment d’autres points forts tels que le design du site, le langage employé, le support en continu aux vendeurs et la façon de séduire aux acheteurs externes.

Invention, networking, handmade, self employed, creation, creativity, sales, voilà en Anglais les mots clès pour décrire Etsy.

Si vous ne connaîssez pas encore, allez faire un petit tour, vous n’allez pas revenir deçu(e)!

L’Indécise - Mon shop sur Etsy, c’est ici.

Le blog en Français de Etsy, par ici.

Journalistes: La loi du plus flexible dépasse la loi du plus fort.

Dimanche 10 janvier 2010

Transition

On a beaucoup entendu parler du danger du métier de journaliste depuis l’arrivée des journaux gratuits en masse.
La qualité du contenu de journaux serait compromise par une pratique journalistique trop déterminée, selon les experts, par les besoins économiques des éditeurs.
A la place de sujets approfondis, on aurait une multitude de petits articles, repris de dépêches d’autres journaux, mais surtout d’internet.
Le public choisit ses sources d’information écrites, d’un côté on a les journaux gratuits, d’un autre côté on a l’internet avec Google et les blogs. Deux sources d’information différentes parfois complémentaires.

Tout d’abord faudra-t-il se poser la question sur ce que le public demande et deuxièmement considérer le rôle des journalistes comme les détenteurs de la parole ultime, ou plutôt, ceux qui ont la responsabilité d’offrir au public l’information qu’il est censé de savoir. Lire le reste de cet article »


vividkultur 2014 All Rights Reserved