Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/httpd/vhosts/vividkultur.ch/httpdocs/wp/wp-includes/cache.php on line 99

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/httpd/vhosts/vividkultur.ch/httpdocs/wp/wp-includes/query.php on line 21

Deprecated: Assigning the return value of new by reference is deprecated in /home/httpd/vhosts/vividkultur.ch/httpdocs/wp/wp-includes/theme.php on line 576
vividkultur » Blog Archive » Et un jour la petite poupée devient femme… elle devient Barbie.

Et un jour la petite poupée devient femme… elle devient Barbie.

Il y a pas mal d’années, un jour ma mère arrive à la maison avec un cadeau: une poupée blonde aux yeux bleus dans une boîte rose, elle avait des seins enormes et portait des hauts talons. D’ailleurs elle en avait deux paires. Du jour au landemain, ma poupée préférée est passsé de l’enfance à l’âge adulte. C’était une révolution. Et moi j’ai été séduite.

Depuis ce jour, je m’arrachais les Barbies comme toutes les autres petites filles de mon âge que je connaissais. Il y avait un effet de mode très fort.

Le slogan “We girls, can do anything like Barbie!” ou de l’espagnol : “Lo mio es Barbie! ” (Nous les filles pouvont tout faire comme Barbie / Mon truc, c’est Barbie -respectivement), supposait déjà un fort sentiment d’affiliation, un effet d’identification. Barbie est devenue l’image iconique d’une femme qui n’étais pas seulement belle, mais qui savait tout faire et avec du style, toujours impécable, toujours à la mode. D’ailleurs, selon mes souvenirs elle était la seule poupée qui avait tout, elle était parfaite, puisque le mot pétasse n’existait pas dans nos têtes, forcément la plus belle est aussi la plus gentille. Elle était une princesse, une top modèle, elle avait des amis, des vacances, des maisons, des voitures, des chiens, des cheveaux, des habits nouveaux, et tout ce qu’on peut imaginer, mais surtout elle avait Ken à ses pieds (l’homme de sa vie).

Aujourd’hui je pense que c’est par son caractére de perfection que Barbie était révolutionnaire à l’époque, déjà en 1960 Barbie était une “poupée de nouvelle génération”. Les petites filles de mon époque, c’est à dire de 1980 (années dans lesquelles j’ai été introduite à la poupée), sommes bousculées presque imperceptiblement de la poupée bébé maman à la poupée femme épanouie sans transitions, sans explications.

Que de mieux comme stratégie marketing pour des futures acheteuses compulsives (ou de futures pétasses)?

Mais Barbie avait sans doute un bug.

Aujourd’hui je dirais qu’elle est un peu trop socieuse de son apparence et a une tendance absurde à abuser du rose, j’apperçois aussi son Ken comme un clown, ou dans le meilleur des cas, comme l’un de ses nombreux accessoires. Mais Ken est aussi l’homme parfait n’empêche… on lui a enlevé tout trait de virilité machiste, il était déjà à l’époque le pionnier des futurs métrosexuels. Il avait le physique d’un mec mais les habitudes d’une fille, car il faisait tout comme Barbie: il l’accompagnait, il mettait aussi du rose et se faisait relooker, toujours disponible, toujours souriant, toujours à ses côtés et surtout pour la mettre en valeur, sa belle Barbie.

On avait un couple parfait dans un monde parfait (I’m a Barbie girl, in a Barbie world, life in plastic, is fantastic!) D’un côté, des fabricants offrent un couple adulte jeune avec des atouts sexy (pour jouer avec), mais celles qui jouent ce sont des petites filles. A vrai dire je n’ai pas tardé à comprendre l’aspect sexuel de la chose.

Alors Barbie, était une sorte d’entraînement pre-pubère pour le futur post-adulte (conspiration trascendentale)??

Non. Le marketing c’est n’est pas de l’ingénierie sociale, c’est plutôt le reflet de cette dernière. Ce que le marketing sait faire de mieux est de fabriquer des faux rêves dans une société hypocrite. Honnêtement, je ne trouve pas de mal à tout cela. En l’occurrence, les femmes veulent être parfaites et les femmes cherchent l’homme parfait. Le marketing a seulement pu inventer la poupée parfaite. Les petites filles ont trouvé Barbie et Ken, ils ne veiellissent jamais. Et tout le monde est content!

And now…

Petit retour en arrière à travers des images!

C’est facsinant de voir cette vidéo du début des années 60, une dixaine d’années avant la revolution sexuelle en Occident. On s’apperçoit de l’évolution progressive de Barbie comme reflet par excellence de l’idéal de femme épanouie.

Une finale heureuse est une finale avec un marriage, même dans un commercial. Tendance américaine?

La jeunesse de Barbie et la fraîcheur de Ken, prometeurs d’un avenir prospère pour l’entreprise Mattel. Encore plus fascinant, ce commercial très persuassif introduissant la panoplie Barbie pour l’année 1972, après la revolution sexuelle et en couleur…Cette fois-ci, ça ne finit pas par un marriage.

BRR

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire


vividkultur 2014 All Rights Reserved